Présentation

Le site a déménagé :-)

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 21:33


Les massages





Faire avec la douleur





L'accompagnement ou l'anesthésie (humour)





Un livre sur le sujet récemment paru


Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans La douleur
commenter cet article

commentaires

roth_duval 27/09/2009 23:04


Je souhaite parler de la douleur lors d'un accouchement parce que je trouve qu'il y a beaucoup de non dit à ce sujet.En effet, j'ai accouché de mon premier enfant à l'hôpital alors que je
souhaitais accoucher à domicile mais mon mari avait peur et nous avons donc pris la décision de faire cet accouchement à la maternité, maternité qui d'ailleurs était réputée pour ne pas faire de
péridurale quasi-systématique.C'était ma première grossesse , j'étais seraine, je suivais des préparations à l'accouchement et j'attendais cette naissance avec impatience tout en savourant ces neuf
mois de grossesse.Etant agricultrice et aimant par dessus tout la nature,  la veille de mon accouchement, je débrousaillais encore dehors.Ayant perdue les eaux la nuit, le lendemain, nous
sommes partis à l'hôpital et là-bas quelle ne fut pas ma surprise, en apprenant aprés avoir posé le monitoring que j'avais des contractions! Je ne sentais aucune douleur!la sage-femme que je ne
conaissais pas me dit"attendez, vous allez voir, les douleurs vont venir.Quelques heures plus tard, toujours rien! J'ai donc voulu retourner chez moi, voire mes chevaux, c'était une journée
magnifique.
Nous sommes ensuite retournes à l'hôpital , toujours des contractions mais aucune douleur et vers 19 heures, alors qu'Alberte,la sage-femme que je connaissais bien prener son tour de garde, j'ai
ressenti de violentes douleurs dans le bas du ventre.Quel hasard!Je suis donc aller prendre un bain trés chaud et la douleur m'envahissait.Cette douleur ressemblait à celle des règles mais en plus
fort.Je suis rentrée ensuite en salle d'accouchement et,là allongée sur ce lit d'hôpital, je souffrais terriblement, tellement que je croyais que mon enfant n'arriverait pas à sortir et que nous
allions mourir tous les deux mais c'était sans compter sur Alberte qui grâce à ses mots apaisants me rassurait et sans compter sur mes propres ressources que je donnais naissance à mon garçon
à 21heures dix précise.A la fin, J'ai sorti mon fils moi-même et l'ai posé sur moi et il a teté. Ce fut merveilleux!
Le lendemain, je suis sortie de l'hôpital et suivie par une sage-femme à la maison ,je l'ai allaité.
Mais voilà, j'avais tellement souffert que je me disais interieurement que si je n'avais pas de second enfant trés rapidement, je n'oserais plus en avoir et dix mois plus tard le second était en
route.
Mais cette fois ci, c'était décidé, j'accoucherais à domicile et je trouvais2 sages-femmes extraordinaire, Isabelle et Fabienne, qui acceptaient de me suivre dans cette aventure.
Pour en revenir à la douleur, je dirais que je ne vivais pas ma seconde grossesse comme la première, en ce sens où je redoutais beaucoup plus l'accouchement mais le fait de savoir que j'allais
accoucher à domicile me donnait des forces.Je ressentais  cet instinct "animal" de choisir ce lieu de naissance et je pense qu'en me réappropriant ce choix ,cela me donner ces forces qui me
permettaient d'oublier cette douleur. Ma fille se présentait en siège et malgré les efforts de fabienne et d'isabelle , elle ne changeait pas de position.Beaucoup de membres de ma famille
m'ont mis une pression trés forte en me disant que c'était inconscient d'aad mais heureusement mon mari m'a épaulé et c'était là encore sans compter sur Isabelle et Fabienne qui par leurs paroles
rassurantes et leurs expériences m'ont beaucoup aidée.Je finirai en disant que, par un beau matin, je les ai appelé et , à midi, j'ai commencé à avoir les contractions douloureuses mais je
pouvais marcher, aller dehors, voir le soleil, les animaux, j'apprivoisais cette douleur en douceur, dans un cadre idyllique et à midi trente , je suis rentrée à la maison, en disant que j'avais
une terrible envie de pousser, elle a vérifié,c'était bon , je pouvais y aller, j'ai pris une chaise, je suis restée debout en m'accoudant à celle-ci et à midi-quarante, ma fille est née.Mon mari
l'a atrapée!
10 minutes pour accoucher, des douleurs certes mais ô combien surmontables!
Et, je concluerai en disant oui la douleur est surmontable mais elle est d'autant plus quand la position favorise la descente et donc le passage.
C'était il y ahuit ans déjà!!