Présentation

Le site a déménagé :-)

24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 18:42

La naissance d'Awan

Nous n'avons voulu ni échographie, ni monitoring, ni lumière violente. Bref, un minimum de stress pour notre enfant. Après m'être froissée avec mon ancienne gynécologue (car elle n'était évidemment pas d'accord avec moi et ma façon d'envisager une naissance à domicile), je me suis renseignée de tous les côtés pour trouver une sage-femme qui accepte d'accompagner une naissance à la maison. Et, ce n'est pas chose facile !!! En Bretagne, il n'y en a que deux !


Le 29 décembre, après un noël dignement fêté...

Il fait froid dehors et chez nous, le feu tourne à plein régime. Ce matin là, je sais que c'est le bon. J'ai dis à mon homme: "je crois que je vais rester au lit, je sens qu'il(ou elle) arrive...". Il est 11 heures, et les contractions sont rapprochées de 10 minutes seulement. Toutes les cinq minutes, je vais aux toilettes car bébé pousse, il lui faut toute la place.

J'arrive à me balader dans la maison mais je ne peux pas m'asseoir. Je sens comme un melon qui arrive entre mes jambes !!! Le papa lui ne sais plus quoi faire. A chaque instant, il me demande l'air gêné: "Ma doudou, je peux faire quelque chose ?..." Et moi, de lui répondre que la seule chose que je veux c'est: ETRE TRANQUILLE !!!

Nous habitons en Bretagne, en pleine campagne, à 25 minutes du premier hôpital. J'appelle ma sage-femme pour lui expliquer ce que je ressens. Elle me rassure en me disant que j'ai le temps. Je n'ai pas encore perdu les eaux. J'ai encore quelques heures devant moi...

Je suis dans mon monde maintenant, et pour moi, le temps s'est arrêté. Chaque nouvelle contraction me rapproche un peu plus de mon bébé. Je suis tellement concentrée, que je n'ai pas mal. Je respire à fond lorsque je sens une contraction arriver, je détends mes lèvres, mon ventre, mon esprit. Je suis seule dans ma chambre, et je me sens bien. Le temps passe sans que je m'en aperçoive. Quand d'un coup, je sens comme un coup de pied de mon bébé, et "Crac !", je sens la poche des eaux qui se rompt et un liquide chaud qui coule entre mes jambes. "Ca y est ! J'ai perdu les eaux !" J'appelle mon homme qui me dit: "Oh là là là là ! qu'est ce qu'on va faire ? La sage-femme n'est pas arrivée ! Oh là là ! Appelle-la vite !" et s'empresse d'essuyer le lit.

Il est 15 heures. Je me sens assez bien et sereine mais je ressens quand même une douleur indescriptible et à la fois supportable.

- "Allô, J ? C'est Audrey... Ca y est, j'ai perdu les eaux et les contractions se rapprochent, est-ce que tu peux venir ?

- "Bien sûr, Audrey. Je serais là tout à l'heure mais ne t'inquiètes pas, tu as encore le temps."

Il est environ 18 heures et ma sage-femme vient d'arriver. Elle écoute le coeur du bébé avec un petit amplificateur qui fonctionne à piles pour voir si tout va bien -c'est parfait, le rythme de bébé n'a pas changé des débuts de la grossesse jusqu'à maintenant. Bébé ne souffre donc pas du tout. Je suis rassurée.

Je suis "coincée" à quatre pattes sur mon lit et je ne suis à l'aise que dans cette position. Je respire à fond pour chaque contraction et plus je le sens qui arrive, plus je me détends ! (et plus j'ai mal aussi !).

Je crois que je ne crie pas et ne dit mot. Je ne veux pas que l'on me touche car cela me ramène à la réalité alors que je suis dans d'autre sphères... Bien... A un moment, J me dit que si je mets mon doigt dans mon vagin, je pourrai sentir la tête de mon bébé arriver. C'est ce que je fais. Moment intense et incroyable ! Je sens sa tête en moi !


Il arrive, il est prêt. Maintenant, à chaque contraction, je le sens qui s'engage un peu plus vers nous. J'ai l'impression qu'il va sortir d'un coup et, à chaque contraction, je dis: "Attention, rangez vous, il arrive !"

C'est au bout de deux heures comme ça que sa tête apparaît. J'ai l'impression que mon périnée va craquer. Je respire très fort et je me dis: "Allez, encore un petit effort et il sera dans mes bras, dans ma vie..."



Le Papa est là ... Je sens sa main qui m'effleure... Sa main est sur la tête de bébé… Là, j'ai mal: "Aïe aïe aïe ! Ca va se déchirer ! Il arrive, je le sens plus que jamais !" Encore une contraction,... deux contractions,... Je sens ses épaules... Fabrice le papa de dire: "Et là , qu'est ce que je fais ?" J: "Eh bien tu accueilles ton enfant... Prépare toi. Parce qu'à la prochaine, il sera dans tes bras... " (je l'ai su après mais à ce moment là, on ne voit que ses yeux et son nez...) J'ai mal... Quelques minutes, puis "bloup !", et OUINNNNNNNNN ! Le voilà. C'est un garçon.



Le calme est revenu. Awan est contre mon sein, il va bien. Arrive la délivrance en douceur. On laisse le cordon s'arrêter de battre, tout le monde reprendre ses esprits... Papa coupe le cordon... Nous sommes maintenant trois à la maison...

Audrey, Fabrice et Awan
26 septembre 2004.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Récits de naissances
commenter cet article

commentaires