Présentation

Le site a déménagé :-)

14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 13:02

4334703516_ba955051bb.jpg
puce-grise.gifNotre projet de naissance


Mesdames, messieurs, toute l’équipe de la maternité,

Avant la naissance de notre deuxième enfant, nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance de ce projet de naissance afin d’être informés de nos désirs.

Avant toute intervention, nous voulons être informés des raisons et des effets possibles ainsi que des risques, et consultés afin que nous soyons en accord avec les gestes et thérapeutiques réalisés. Mais nous savons que des événements peuvent survenir où les connaissances et les actions de l’équipe médicale seront d’une importance vitale.

* Le travail
J’envisage le recours à une analgésie par péridurale dans le cas où je le demanderais de moi-même (assez tôt bien sûr pour que vous puissiez accéder à ma demande).
 Je demande à être consultée avant toute administration médicamenteuse (en particulier d’ocytocine).

* L’expulsion
Je désire accoucher dans la position de mon choix, en privilégiant les positions verticales.
Je ne veux pas d’expression abdominale.
Je refuse absolument l’acte médical de l’épisiotomie en toute connaissance de cause, hormis bien sûr en cas de souffrance foetale.

* Les soins à l’enfant
Je demande qu’avant toute administration médicamenteuse ou alimentaire à notre bébé nous soyons consultés.
Une fois que les soins nécessaires auront été effectués, je souhaite qu’il soit déposé sur moi afin qu’il puisse aller de lui-même au sein, et rester en contact peau-à-peau le temps de la surveillance en salle d’accouchement.
Je souhaite que toutes les mesures soient prises pour que le bébé et moi ne soyons pas séparés. Si l’enfant doit être transféré dans un autre établissement je souhaite pouvoir le suivre.

* Le père
Nous souhaitons qu’il soit présent tout au long du travail et de l’accouchement.
Nous aimerions qu’il assiste aux premiers soins donnés au nouveau-né et si mon état de santé ne me permet pas d’accueillir notre bébé, nous désirons que ce soit son père qui entre en premier en contact avec lui.
En cas de transfert du bébé dans un autre service ou même un autre établissement, dans le cas où je ne pourrais pas être transportée avec lui, nous souhaitons que le père l’accompagne.

* L’allaitement.
 J’allaiterai mon enfant exclusivement au sein, sans aucun apport de compléments.

En vous remerciant de votre disponibilité,
Alice Thevenet


puce-grise.gifLa naissance


Il est 23h30, tout le monde dort chez nous.
C’est la nuit du 20 au 21 mars 2008, une nuit de pleine lune…
 
Cyril me réveille : « Tu perds les eaux ! » Moi (du fond de mon sommeil) : « Mais non, ça doit être toi qui transpires… » En fait je réalise qu’il a raison, me lève, et continue à inonder le sol. Ca coule beaucoup. Je vais me doucher, puis finis de préparer ma valise.
 
Cyril se lève, va appeler la nounou d’Océane pour lui dire qu’on la lui emmène. Je la réveille et lui explique que nous allons accueillir son petit frère à l’hôpital, et qu’elle va aller chez sa nounou. Elle me suit tranquillement. J’ai envie de prendre mon temps mais Cyril a très peur que le bébé vienne vite et que l’on n’arrive pas à temps. Je me moque de lui.
 
A 23h45 nous sommes chez sa nounou, un gros bisou et en route pour la maternité… J’ai l’impression que mon ventre a dégonflé, je n’ai même plus la sensation du bébé sous les côtes. En direction de la maternité (5 minutes de route, merci les petites villes !), les contractions commencent, dans le ventre : 23h48, 23h50, 23h51… A l’arrivée on sonne : « C’est pour quoi ? » Cyril : « Ma femme a perdu les eaux ! » Et moi derrière : « Un Big Mac et un Sundae, s’il vous plaît !!!!!!!
 
La sage-femme et l’auxiliaire de puériculture nous accueillent, je suis la seule à accoucher. A l’auscultation, je suis à 2 cm de dilatation, le bébé a le dos à gauche et la tête est haute, non mobile. Pour un deuxième bébé, elle me prédit que cela ira plus vite (5h30 pour ma fille). Après lecture de mon projet de naissance, elle me dit que cela ne posera aucun problème, tous mes désirs seront respectés. Je suis enchantée et m’en remets complètement entre ses mains.
 
A 0h15, elle m’installe sous monitoring pour 1h, les contractions sont très nombreuses mais irrégulières et de courte durée. Je suis contente car elles sont localisées dans le ventre et pas dans le dos, ce qui m’avait fait très mal lors de mon premier accouchement. Je déchante vite, car plus le travail avance, plus les contractions descendent par le bassin, avec cette sensation d’être broyée dans un étau qui revient progressivement… Je suis sous monitoring « mobile », donc à chaque contraction j’essaie une position différente, assise jambes écartées cela reste gérable, ou debout, penchée en avant, le ventre dans le vide. Je m'accrochais au pied à perfusion pendant les contractions et mon homme a cru que j'allais le péter en deux à force de tirer ;-)
 
Cyril va installer nos affaires dans ma chambre, et la sage-femme prépare mon dossier dans la pièce d’à côté. Quand elle me parle, je suis ailleurs, je ne réponds aux questions qu’entre deux contractions, quand j’ai fini de me concentrer sur ma respiration.
 
Il est 1h15, la sage-femme est ponctuelle, retire le monitoring et décide de recontrôler l’avancée du travail. Rien que de me déplacer dans la pièce d’à côté j’ai une formidable envie de vomir… Elle me dit que mon col doit être dilaté au moins à 5 cm. Entre deux contractions (autant dire très rapidement !!!) elle vérifie, je suis à 4 cm, bébé toujours un peu haut. Elle se fie à son instinct qui lui dit qui tout va aller vite, et m’emmène en salle d’accouchement pour tout préparer.
 
Nous entrons dans la même salle d’accouchement que pour la naissance de ma fille, chacun s’habille et je me dandine au milieu, commençant à souffrir un peu plus. Les contractions ne me coupent pas les jambes, j’arrive à les gérer en m’appuyant sur le plan de travail, ventre en avant, et en basculant mon bassin de droite à gauche.
 
La sage-femme me fait allonger dans le but d’installer le monitoring, de me perfuser et de prélever un bilan sanguin complet. Elle est rapide et heureusement. Une seule contraction en position allongée et je me relève après, c’est trop douloureux sur le dos !
 
Une fois debout, elle me propose un ballon et j’accepte. Elle montre à Cyril comment me soutenir sous les bras pendant une contraction, entre deux, je bouge mon bassin en faisant des cercles. Cela me soulage énormément, et je visualise de plus en plus le bébé qui s’engage, bas dans mon bassin. La douleur est dure à supporter, alors en fin de contraction je gémis, je geins, je laisse sortir le son comme il me vient… ce qui m’aide à me centrer sur le bébé qui arrive et que je sens bouger entre chaque contraction.
 
Le sommeil me gagne dès que la douleur se calme. Entre deux contractions je m’adosse contre mon homme qui me soutient, les endorphines luttent contre ma douleur et me shootent complètement !!! Vers 2h00, je sens une forte envie de pousser à la fin de chaque contraction. La sage-femme me propose de m’examiner, et de m’allonger sur le côté sur la table d’accouchement, pour faire naître le bébé comme cela. Je suis à 8 cm de dilatation et le bébé est plus bas.
 
Il est 2h10. Dans mon corps, je sens que l’accouchement est presque fini. Le bébé descend tout de suite. Chaque contraction me donne envie de pousser, et la sage-femme me dit de suivre mon intuition. Je ne l’ai pas attendue pour le faire, c’est plus fort que moi, à chaque contraction je pousse en soufflant très fort. Je finis par crier de plus en plus fort…
 
J’ai beaucoup moins de douleurs, mais cette énorme pression vers le bas qui m’envahit, et aussi l’angoisse qui monte car j’ai peur d’avoir très mal au passage du bébé, et qu’il déchire tout au passage. La sage-femme me dit que c’est moi qui retiens le bébé, et qu’il sera là à la prochaine poussée. (Cyril me dira par la suite qu’il ne voyait pas du tout la tête et qu’il pensait qu’elle me disait cela pour m’encourager !)
 
J’ai des doutes mais je lui fais confiance, je m’abandonne complètement. J’entends à la radio, qui chante doucement depuis le début, une chanson que j’adore (« Femme de couleur » de Shym) et je décide que le bébé va naître sur cette musique. Et ça a marché.
 
2h20, à la contraction suivante, Cyril m’embrasse et m’encourage, je donne tout ce que j’ai en moi, je pousse en criant ma peur, et la tête du bébé sort. C’est comme une brûlure, mais je n’en reviens pas moi-même, je suis tellement surprise : je l’ai fait !
 
Je reprends mon souffle sur la même contraction, et je pousse les épaules et le corps, bébé est là ! Je pleure tellement j’ai eu peur, je n’ai pas eu aussi mal que je le pensais et je suis tellement soulagée. Je me retourne sur le dos et je prends mon petit Mathias, qui pleurniche doucement. Cyril coupe le cordon, il était autour de son cou… nous admirons notre merveille ! Ce petit loulou qui, à peine sorti de mon ventre, m’a fait un grand jet de pipi sur le ventre : merci mon petit bonhomme, t'es trop gentil !
 
Mathias, Robin, né à 2h22 le 21/03/08. Il pèse 3kg320, a réussi à naître en moins de 3 heures…un petit d’homme formidable ! La nuit de la pleine lune, le premier jour pour être un petit Bélier… Avec un bonnet et une couche, il se réchauffe contre moi, et il nous regarde, calmement. Pendant ce temps, j’expulse le placenta, la sage-femme réalise qu’elle a oublié de me poser la traditionnelle poche d’ocytocine pour une délivrance dirigée… Je rie sous cape !
 
J’ai une déchirure du vagin vers le bas, nécessitant deux points internes et deux points externes, car le muscle est un peu touché. Elle me recoud sous anesthésie locale (injections de Lidocaïne), je sens tout de même les points, c’est désagréable sans plus.
 
Mon homme commence à défaillir, il s’en va manger quelque chose et manque de tomber dans les pommes… Il a arpenté des couloirs pour trouver un distributeur de sandwichs, alors qu'il y en avait un juste derrière la porte de la salle d'accouchement !!! (Il est parti de l'autre côté) Je lui avais dit de manger avant de partir, mais monsieur avait peur de me voir accoucher dans la voiture !
 
Je mets Mathias au sein. Il est 3h30, il tête pendant environ 3/4h. Mon homme à mes côtés, Mathias est habillé et nous voilà partis pour de nouvelles aventures… pour une vie d’amour !

Alice Thevenet
thevenetcyril@neuf.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Exemples de projets de naissance
commenter cet article

commentaires

liriena 16/06/2011 18:04



je viens de lire votre projet ainsi que votre récit d'accouchement. J'attends mon cinquième enfant et voilà que c'est la première fois que j'entends parler de projet de naissance par mes soeurs
également enceintes. Du coup je cherchais des renseignements et j'ai trouvé celui-ci. c'est exactement ce que j'aimerais vivre. Pour ce dernier accouchement, je voudrais réellement le vivre à
fond, accompagner ma petite puce jusqu'au bout et sans aide médicamenteuse. votre récit m'y encourage encore plus. j'espère que ma maternité sera ouverte envers mes souhaits car pour les autres,
c'était péridurale d'office et regards un peu moqueurs et méprisants quand j'ai émis l'hypothèse de ne pas la faire.


en tout cas, merci pour ce témoignage. il me permettra peut-être d'être plus forte pour lutter contre l'avis médical.