Présentation

Le site a déménagé :-)

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:52

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51cUjGgaCFL._SL500_.jpg

 

La Princesse et le caca

Lara Fairy Love et Jenna Andreotti

Les éditions du Hêtre, mai 2012.

 

Présentation :

 

Toutes les femmes sont des princesses ; des princesses qui savent accomplir des choses aussi naturelles que faire caca ou mettre un bébé au monde lorsqu'elles se débarrassent des représentations constipées de l'éternel féminin parce qu'enfanter ou faire caca, c'est la même loi et ce n'est pas cracra ; des princesses qui, lorsqu'elles sont inspirées par de bonnes fées, sont capables de merveilles. Un conte sur la beauté et la puissance de l'enfantement et sur les vertus du lâcher-prise, pour toutes les futures mères, qu'elles soient en âge d'enfanter ou pas encore. Traduit de l'anglais par Violaine Bideaux-Petit.

 

Revue de presse :

 

''À la fois drôle et sérieux - bravo!'' (Dr Michel Odent, auteur de ''Le bébé est un mammifère'') ''La sagesse du caca est de retour, il était temps.'' (Ina May Gaskin, sage-femme, auteur du ''Guide de la naissance naturelle'') ''Brillant et perspicace. Retenez ces leçons si vous voulez une naissance agréable.'' (Debra Pascali-Bonaro, doula, co-auteur de ''La Naissance orgasmique'').

Biographie de l'auteur :


Quand elle ne sillonne pas le monde pour promouvoir la naissance naturelle et exercer son savoir-faire de doula et de préparatrice à la naissance, Lara Fairy Love vit à Oxford, sur son bateau amarré au bord de la Tamise. Elle a souhaité avec ce conte rassurer les femmes, leurs filles et leurs mères, quant à leur capacité à enfanter sans artifice, dans la joie et l'amour. Jenna Andreotti est illustratrice, designer et costumière. Elle a obtenu une maîtrise en graphisme et illustration à la University of East London. Major de sa promotion, elle a été sélectionnée pour la New Blood Exhibition, le salon des jeunes talents. Jenna travaille actuellement à Londres, comme créatrice de costumes chez Prangsta Costumiers. Son talent créatif lui a valu de voir son travail présenté dans de nombreuses publications, dont Who's Jack, Wonderland et Japanese Vogue.

 

Liens :

 

Un article de Maxibestofmcmaman

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Livres - DVD naissance
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 09:25


http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/7/0/4/9782035870407.jpg 

Le journal de moi... enceinte

Muriel Ighmouracène
Editions Larousse, janvier 2012.

 

Présentation de l'éditeur

Découvrez le récit drôle et attachant de Muriel, jeune trentenaire qui découvre les surprises, bonnes ou mauvaises, de ce moment si particulier. Dans ce journal, Muriel partage ses 41 semaines de grossesse, en abordant tous les sujets et en battant en brèche des lieux communs : Les réactions de ses copines, de ses collègues, de sa famille… et de sa belle-famille ; Tous les symptômes et effets secondaires plus ou moins contrôlables : les nausées, l’hyper-sensibilité mais aussi la joie d’avoir une poitrine généreuse ! ; Sa prise de poids, le choix des vêtements (sans oublier les sous-vêtements) de grossesse ; L’inscription à la maternité, les cours d’haptonomie, les visites chez le gynécologue ; La vie avec son « Mister T » : la réaction du futur papa face à la nouvelle, le choix du prénom mais aussi leur vie sexuelle plus ou moins mouvementée ; Ses désirs et angoisses : vais-je avoir un bébé moche ? comment rester glamour en devenant une baleine ? puis-je encore manger un bon kebab ?

L'auteur

Muriel Ighmouracène a une formation d'infirmière puéricultrice puis a été directrice de crèche pendant 5 ans. Durant sa grossesse en 2010, elle a créé le blog Mais pourquoi je deviens mère bordel ??!  pour lequel elle reçoit le coup de coeur de la rédaction du magazine Elle, en décembre 2011. Le Journal de moi... enceinte est son premier livre. C'est aujourd'hui l'heureuse maman d'une petite fille.

J'ai lu, j'ai aimé
coeur-anime

Voilà LE livre pour passer un bon moment, que l'on soit en projet de bébé, enceinte ou déjà maman. C'est mi-ambiance blog mi-ambiance BD, mais c'est avant tout ambiance intime ! C'est cash, c'est honnête, c'est plein d'émotion, et c'est juste dosé de bonnes infos.

Ce que j'aime particulièrement (en dehors des petits dessins façon agenda et des post-it explicatifs) c'est que l'auteur est à l'écoute d'elle-même et fait des choix qui lui conviennent, sans se laisser impressionner par "les autres" ou "les modes". Je recommande cette lecture à celles qui ont "envie de faire un bébé", à celles dont c'est la première expérience mais aussi aux multi-récidivistes : elles y trouveront des détails familiers, voire... oubliés ;-)
Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Livres - DVD naissance
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 18:12

fait-maison

Communication :

 

Mon compagnon et moi avons eu trois enfants, tous nés à la maison avec Isabelle Bar, une sage-femme formidable du Pays de Rennes. Suite à cette expérience, nous avons réalisé un film documentaire sur le travail d'accompagnement global réalisé par Isabelle avec un couple d'amis à nous.

7 mois de suivi de grossesse et une naissance en douceur à la maison. Et après trois ans de gestation : la sortie du film "Fait Maison". Pour que ce film soit accessible au plus grand nombre, nous l'avons mis en ligne sur Internet. On aimerait bien également que ce film soit diffusé lors de projections publiques suivies d'échange avec les participants. Si vous voulez nous aider à organiser une projection près de chez vous, on est preneur.

Par ailleurs, si vous êtes dans une association en lien avec le maternage et la parentalité, seriez-vous d'accord pour référencer le film "Fait Maison" sur votre site Internet et, de façon plus générale, informer vos sympathisants de la sortie de ce documentaire ? Si vous voulez, vous pouvez aussi également enrichir votre médiathèque en commandant le DVD Fait Maison. Je vous remercie vivement de votre attention et espère recevoir de vos nouvelles prochainement.

Cordialement,
Katell Chantreau, réalisatrice.

Katell Chantreau
16 F rue du Père Maunoir
35000 Rennes
09 53 35 56 44
contact : katellig@yahoo.fr
le site du flm : http://film.fait.maison.free.fr/

 

Je l'ai vu, j'ai aimé coeur-anime

 

C'est un film magnifique, bien ficelé, qui montre d'une part le travail d'une sage-femme libérale dans le cadre de l'accompagnement global (professionnelle, chaleureuse, mais aussi très humble - vous comprendrez ce que je veux dire lorsque vous verrez l'issue de la naissance) ; qui montre le cheminement des parents tout au long de la grossesse, du travail de l'accouchement (c'est très beau de voir toutes les phases : du commencement tout doux puis qui va crescendo jusqu'à un final absolument magnifique - j'aime tellement tout ce que dégage et communique le papa aussi !).

 

Ce film donne à voir ce qu'est une naissance respectée. Et l'on sent à travers ce témoignage une histoire de couple, de famille, d'amitié aussi entre tous les protagonistes. Etre témoin de tout cela est une chance. J'ai déjà remercié la réalisatrice en privé (et plus largement par son entremise tous les participants) mais je le fais ici à nouveau : VRAIMENT BRAVO à TOUS !!! Et puis surtout : chapeau ! :-)

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Livres - DVD naissance
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 09:03

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51IdAGFN3pL._SL500_AA300_.jpg

 

Moi, Adeline, accoucheuse
Adeline Favre

Ed. Monographic & d’En Bas, novembre 2010.

 

Voir un extrait d'une vidéo où Adeline apparaît. Plusieurs des anciennes éditions sont disponibles mais la dernière édition (couverture couleur et édition augmentée) est épuisée. On la trouve encore sur le site Le comptoir des presses d'universités.

 

Présentation de l'éditeur

 

Adeline Favre est née à Saint-Luc, dans le val d’Anniviers (Suisse), le 22 mai d'un printemps enneigé. Elle était la huitième des quatorze enfants de l'honorable famille Salamin. Très tôt, la curiosité lui fait découvrir ce qu'est une sage-femme puisque, à côté des divers travaux aux champs, elle va aider celle du village. Là, elle s'émerveille des égards qu'on porte à la profession et, contre le gré de ses parents, commence un écolage difficile à Genève. Elle rentre à Sierre, se marie et se met à l'ouvrage en 1928. Dès lors, d'abord à domicile, plus tard à l'hôpital, elle accouche plus de 8000 enfants dans la région.

 

J'ai lu, j'ai aimé

J'ai vraiment adoré ce livre. Il est riche d'enseignement à plusieurs niveaux : comment vivaient les femmes dans les années 1920 et ensuite, quel était l'environnement social, comment était vécue la naissance, quelles étaient les pratiques d'alors et la formation de sage-femme à Genève, comment ensuite les pratiques médicales ont évolué jusque dans les années 1980.

C'est tout un univers que dépeint Adeline et c'est un trésor d'avoir ce témoignage ! Il nous permet de comprendre d'où nous venons et pourquoi nous en sommes là aujourd'hui. Une mise en perspective vraiment intéressante. Du temps où les maisons étaient sans confort, où le suivi médical de la grossesse n'existait pas, où la sage-femme était peu formée et gérait les complications "comme elle pouvait" (parfois en priant dans un coin de la chambre), où les déplacements en voiture étaient exceptionnels (Adeline avait un vélo, puis a eu une voiture en...1938 !), où le médecin était "trop cher" ; du temps où la grossesse a peu à peu été suivie par le médecin puis le gynécologue, où les moyens sont devenus plus modernes, où l'accouchement à l'hôpital est devenu la norme ainsi que la préparation à la naissance.

Adeline a pris sa retraite au moment où, comme elle l'écrit, elle avait "plus à écrire qu'à travailler" à cause des obligations administratives. Malgré les avancées et les progrès majeurs, elle déplorait au final la trop grande gestion et le dirigisme qui en résultent. Il est saisissant de constater à quel point, en 50 ans, on est passé de "rien" à "tout", voire même "trop" puisque depuis les années 1980 (avènement de la péridurale), disons entre 1980 et 2010, des associations de parents et une poignée de professionnels dénoncent les effets néfastes de l'hypermédicalisation.

Enfin, plonger dans ce livre permet de déduire pourquoi la naissance à domicile d'hier n'a rien à voir avec celle d'aujourd'hui et justement pourquoi elle est davantage possible aujourd'hui, grâce à la surveillance, la médication dont on dispose, et surtout l'assistance qu'offre l'hôpital si besoin.

 

Quelques extraits

« Au village, avec deux ou trois autres fillettes, j’avais alors une fonction bien précise : on m’envoyait "téter les mamans", comme on disait. En ce temps-là les tire-lait n’existaient pas. Or, les accouchées récentes avaient souvent trop de lait ou des seins engorgés et il fallait trouver un moyen de les soulager. Souvent, c’était le mari qui s’en occupait et parfois même y prenait goût ! Il y avait un vieux au village qui se proposait pour téter les mamans. On a souvent eu recours à lui. Bien plus tard, quand je fus sage-femme, il me dit un jour : Si tu as besoin de quelqu’un pour téter les femmes, tu peux m’appeler… Je ne l’ai jamais fait, je me suis toujours débrouillée autrement. Mais, la plupart du temps, on m’envoyait chercher pour cette tâche. Tout comme un petit bébé, je tétais le sein de la maman, sans recracher le lait, bien sûr. C’était une manière de soulager, toute naturelle, et on ne se posait pas de questions à ce sujet. » (page 37)

« Le mari restait très actif pendant l'événement, aidant la sage-femme, allant chercher de l'eau au bassin, soutenant sa femme lors de l'expulsion. C'était pour lui une chose naturelle. Pour se donner du courage, il faisait la navette entre la cave et la maison. rien d'étonnant si parfois la sage-femme ne le voyait plus revenir.» (page 198)

« Une fois, j'ai accouché une femme dont le mari buvait beaucoup. Cet accouchement a duré longtemps. Quand elle a commencé à pousser, il était plein comme un veau, cet homme. Il n'était plus d'aucune aide alors que j'avais besoin de quelqu'un pour tenir une jambe. En général, quand une femme accouchait, je mettais son pied sur ma hanche, et je tenais le genou ; le mari, lui, devait tenir la jambe comme moi, mais de l'autre côté. Cette femme disait à son mari, qui s'appelait Augustin : Yé tann ma ö cöc (j'ai tant mal au cul). Il était tellement ivre qu'il est allé lui embrasser le sexe. » (page 87)

« A cette époque, pendant les trois premiers jours après l'accouchement, on ne mettait pas le bébé au sein. Il fallait ensuite "l'amorcer" à la petite cuillère pour l'habituer à téter. Aujourd'hui, c'est dès le premier jour que l'enfant est mis au sein de sa mère. On ne pesait pas non plus les bébés et les mères n'avaient aucune notion quant à leur alimentation. Aussi, beaucoup d'enfants mourraient d'entérite parce qu'on leur donnait du lait de vache non coupé. » (page 91)

 

Un extrait au sujet du placenta (page 102-103)

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Livres - DVD naissance
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 15:14

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51KKIUaN38L.jpg

 

Sages femmes (DVD)

documentaire de Frédéric Choffat (Suisse) nov. 2008

41 minutes + bonus 6 entretiens

Sous-titres : anglais, espagnol, allemand, français

 

Préambule :

 

« En 1998, l'Arcade entre en négociation avec la Maternité pour mettre sur pied un projet intitulé "Bien Naître", né sur l'impulsion de quelques usagères de l'Arcade réunies en Association. Ces usagères demandaient la possibilité d'accoucher à la Maternité avec la sage-femme indépendante qui les prendrait en charge pour la grossesse, la préparation à la naissance et le post-partum. Cette prestation est acceptée en septembre 1999. » Lire la suite (association Arcade sages-femmes)
 
« L'association genevoise Bien Naître a été créée en 1998. Un petit groupe de personnes souhaitait mettre sur pied un concept de suivi global de la naissance assuré par des sages-femmes et couvert par l’assurance de base. Ces parents désiraient échapper au sentiment d'anonymat et de médicalisation des accouchements classiques à la maternité ou en clinique sans pour autant vivre une naissance à domicile ou en maison de naissance.

La mise en œuvre du projet dépendait de la maternité des hôpitaux universitaires de Genève (HUG), qui devait agréer des sages-femmes indépendantes, c’est-à-dire les autoriser à suivre l’accouchement de leurs patientes dans les salles du service d’obstétrique. Les pourparlers, infructueux dans un premier temps, ont finit par aboutir après une manifestation et des articles dans la presse. En 1999, la maternité agrée deux sages-femmes. » Lire la suite (association Bien Naître)

Frédéric Choffat réalise un documentaire en 2008.

Le site du film : www.lefilm.ch/fred/index.html

 

Présentation DVD :

 

Dans un contexte toujours plus médicalisé, un groupe de sages-femmes propose à Genève un accompagnement à la naissance différent. Pendant six mois le réalisateur Frédéric Choffat a suivi trois sages-femmes et trois couples dans cette aventure.

"Et si accoucher n'était pas que de la responsabilité des médecins ou du monde hospitalier, mais avant tout une histoire à vivre entre les futurs parents et la sage-femme ? Quelle approche, quelle préparation, quel soin porter à cet événement qui s'annonce ? Comment sensibiliser les futurs parents à ce passage délicat ? Comment faire le lien entre le monde hospitalier de la maternité et un suivi plus personnalisé ?" Ce film permet de suivre la relation privilégiée entre trois sages-femmes et trois couples tout au long de la grossesse, de l'accouchement et du post-partum.

 

J'ai vu, j'ai aimé :

 

J'ai vraiment aimé ce documentaire réaliste qui montre combien la naissance peut être un événement normal de la vie quotidienne, médicalisé au strict minimum. L'accompagnement global tel que présenté dans ce documentaire Suisse s'apparente en France à l'ouverture des plateaux techniques aux sages-femmes libérales.


Comme précisé en préambule, cela a été possible à l'hôpital de Genève grâce à la pression conjointe d'une association de sages-femmes libérales et d'une association de parents, désireux de pouvoir bénéficier de l'accompagnement global au sein d'une structure médicale. Malgré l'alternative d'accoucher chez soi ou en maison de naissance, il existait une demande pour cette organisation particulière. On voit donc bien qu'au contraire d'une voie unique, c'est bien la diversité des filières de soins qui permettra de satisfaire tout le monde !

Un DVD qui illustre l'accompagnement global, la confiance femme/sage-femme, la sortie très précoce (distante de quelques heures seulement de l'accouchement) à montrer aux futures mamans, à diffuser au sein des associations, ou simplement à regarder pour le plaisir.

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Livres - DVD naissance
commenter cet article