Présentation

Le site a déménagé :-)

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 13:47

 

6312586663_0b272c8c5f.jpg
C'est très mignon ce petit sac (en tissu bio) qui dit recto : "Accroupie, à 4 pattes, à genoux, sur le côté" et verso : "JAMAIS sur le dos ! J'accouche comme je veux !" Mais si c'est réellement "comme je veux" alors pourquoi "jamais" sur le dos ? Parce qu'à trop être en réaction de rejet, on se ferme à des possibles qui peuvent être positifs dans certains cas de figure. J'ai juste envie de m'arrêter sur cet état de choses quelques minutes.

Oui, on sait que la position "sur le dos" n'est pas la meilleure à plein d'égards, SURTOUT si c'est une position imposée, SURTOUT si elle l'est pendant des heures, ET qu'elle est corrélée à d'autres protocoles médicaux et médicamenteux. De là à ce qu'on oblige les femmes à accoucher d'une certaine manière, "pour leur bien et celui de leur enfant", on ne sort toujours pas de la logique imposée aux femmes !

La tendance à vouloir gérer les choses, les intellectualiser et les imposer, même "au naturel", dire "ça, ce n'est pas bien" et "ça, c'est mieux", vouloir imposer une vision normative, me donne envie de poser la question de fond : "A quand la LIBERTE ?

La position "sur le dos" a principalement été imposée aux femmes par les obstétriciens, va-t-on se laisser embarquer dans le courant inverse en laissant des sages-femmes imposer une position plus verticale (ou en tous cas interdire celle "sur le dos"), comme si chaque corporation induisait "son" propre type de position d'accouchement ? L'objectif de la naissance respectée devrait consister à ne pas imposer une norme - qui n'est qu'un outil permettant d'établir des règles et des lois - parce que la naissance ne peut s'y laisser enfermer.

La norme/mode actuelle devient "accoucher sur le côté", comme si proposer l'accouchement sur le dos OU sur le côté revenait à "avoir le choix" de la position ! Il arrive que des femmes accouchent sur le dos, malgré une totale liberté de mouvement. Ce n'est pas pour autant qu'elles ne sont pas à l'écoute de leurs sensations. On ne contrôle pas tout, a fortiori quand on accouche ! À chacune sa façon. Elles sont toutes bien, du moment qu'elles nous conviennent ; autant de femmes autant de possibilités, c'est juste ça, ouvrir les possibles vers davantage d'écoute et de choix.

La mode du "sur le côté façon De Gasquet" est donc très en vogue. On verra d'ailleurs probablement cette appellation "position de Gasquet" dans les livres de formation dans les prochaines années... Mais n'est-il pas surprenant qu'une femme se voit refuser la position "sur le côté" parce que le professionnel qui l'accompagne n'a pas "fait la formation" ? Faut-il que la technique et les savoirs viennent toujours supplanter (suppléer) les sensations ou les demandes de la femme ? Quid des paramètres (si importants) de la position du bébé (appui sur le pubis par exemple), l'ouverture du col, la fatigue musculaire dans les jambes et tant d'autres, qui participent au choix de la position de la mère ?

La différence "sur le dos choisi chez soi" avec "sur le dos imposé à l'hôpital" est que dans le premier cas c'est un matelas qui a capacité à "s'enfoncer", dans le deuxième cas c'est une table avec une mince épaisseur de mousse qui ne s'adapte pas à l'arrondi du dos ! Donc les conditions même du "sur le dos" ne sont pas identiques. Ce d'autant plus que chez elle la femme a probablement bougé, essayé, tâtonné avant de choisir "sur le dos" contrairement à l'hôpital où, en général, c'est "sur le dos" pendant des heures. Enfin il y a de multiples déclinaisons au "sur le dos" : du totalement allongée à semi-assise, et enfin "sur le dos" ne veut pas dire "position fermée", la position des jambes et l'angle d'ouverture comptent aussi. Bref, autant de détails qui font la différence.

Bien souvent dans les maternités il est laissé une liberté à la femme pendant le travail (voir le poster : positions for labouring out of bed ou les posters : positions pour faciliter...). Mais quand vient le moment de la poussée, la position "sur le dos" est imposée, c'est cela qui est dommageable. Ce n'est pas envers la position sur le dos qu'il faut dire "jamais" mais sur le fait qu'elle soit imposée, ce qui change tout. La meilleure position est celle où la femme se sent le mieux, que ce soit durant le travail ou la poussée. Il est important que toute femme s'écoute dans l'ouverture, la sensation, et le mouvement au-delà de toute idée figée ou dogmatisme.

Sophie Gamelin
07/08/2012.
Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Positions accouchement
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 19:12

 

enfant-magazine-aad(couv)

 

Reportage : elle a accouché chez elle

L'accouchement à domicile d'Annaëlle

Enfant Magazine, n°415, mars 2011, p. 16-19.

 

Propos recueillis par Stéphanie Letellier.
Photos Denis Dalmasso, son site : www.denisdalmasso.com (cliquer sur "Travaux personnels" puis, "Sages-femmes" ou "Je suis né chez moi" pour voir de magnifiques photos de naissances ou lire d'émouvants portraits !)


enfant-magazine-aad(1) cliquez sur l'image pour agrandir

enfant-magazine-aad(2) cliquez sur l'image pour agrandir


"Je sors du bain, mon corps me chauffe et mon bassin me tire. Mon corps me "dit" de me mettre debout. Je n'avais jamais pensé accoucher de cette façon. (...)"

enfant-magazine-aad(3) cliquez sur l'image pour agrandir

enfant-magazine-aad(4)cliquez sur l'image pour agrandir

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Positions accouchement
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 12:46


Ces illustrations sont issues d'un dépliant que m'a ramené une amie lors d'un voyage au Rwanda. Ce document est la concrétisation d'un projet de santé publique à Kibuye (ville située à 139km à l'ouest de Kigali) qui met en scène les événements de l'accouchement (environnement, positions, pratiques). Je n'en ai pas (encore) la traduction.

rwanda1
rwanda2
rwanda3
rwanda4
rwanda5
rwanda6
rwanda7
rwanda8

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Positions accouchement
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 15:23

 

http://www.linternaute.com/musee/image_musee/540/52036_1167796320/chaise-d-accouchement.jpg

 

On trouve des chaises d'accouchement dans les musées (mais je n'ai aucune idée de leur prix...), comme par exemple celle-ci : "Fabriquée en 1837 pour Anne Willig, sage-femme à Hurtigheim. Bois de fruitier, accoudoirs démontables et dossier repliable. Pour mettre son enfant au monde, la mère était assise sur une chaise de ce type. La sage-femme se plaçait devant elle pour l'encourager et guider la sortie de l'enfant." (source : musée alsacien).

 

http://www.okmedical-team.de/images/mobiliar/geb%e4rhocker.jpg

Sur un site allemand, on peut trouver le Gebärhocker INKA ® à 349 € tandis que sur d'autres le prix peut même monter à 415 € ! (peinture sur bois hypoallergénique, pieds en acier inoxydable, patins en caoutchouc).

 

http://www.nctshop.co.uk/images/3280.jpg

 

Sur le site officiel australien, on peut trouver le BirthRite Birthing Seat ® à 1860 $ Autraliens (AUD) soit 1350 € ou sur la boutique de l'association anglaise National Childbirth Trust à 1900 £ (soit 2160 €). Même si le premier n'inclut pas les frais de port et le deuxième si, l'écart en considérable ! (en fibre de verre et poignées en acier inoxydable). Quelques photos en montrent les différents avantages et postures possibles pour la femme. Un coût qui se hisse au même rang que la "table d'accouchement" à 1200 € chez Sofamed (mais certes moins transportable ;-) sans compter qu'on en trouve d'encore plus chères chez des concurrents davantage attachés au design, articulations et accessoires...)

http://www.makersgallery.com/friedlander/pix/bf41.jpg


Il existe aussi le tabouret d'accouchement fait main en érable (possibilité de kit de deux jeux de pieds démontables pour avoir deux hauteurs différentes) avec sac de transport, à $ 330.00 CAD - dollars canadiens (soit 230 €).

http://www.sciencephoto.com/image/270283/530wm/M3900329-View_of_a_birth_stool-SPL.jpg
Le Birth-Mate Stool : (je cite le fabriquant) "C'est le fameux siège hollandais. Pour une utilisation dans un hôpital ou à domicile, ces tabourets ont été largement testés aux Pays-Bas et sont conformes à leurs exigences rigoureuses. Chaque tabouret est moulé à partir de plastique de haute qualité pour la résistance et la facilité de nettoyage, et est équipé d'un bassin amovible en acier inoxydable gradué permettant de mesurer la perte de sang. L'ouverture frontale permet la supervision du processus de la naissance, et le design spécialement conçu laisse les fesses et le plancher pelvien libres tout en fournissant un appui stable et confortable. Convient pour une utilisation dans la douche." Il coûte entre 700 et 750 $ selon les fournisseurs (avec ou sans bassin / housse) soit de 490 à 520 €.

 

http://www.birthequipment.com/images/19098041.png


Pour une liste exhaustive, il faut également mentionner le tabouret de naissance Kayabirth ™, moulé, en plastique léger (moins de 5 kg), facile à nettoyer, avec poignées intégrées, entièrement submersible et étanche pour une utilisation dans l'eau. Sur le site officiel, une page d'information montre en images les multiples usages possibles. Il est conçu et fabriqué à Toronto, au Canada, avec des pratiques de travail éthiques. Le modèle professionnel est à 490 $ (soit 340 €), le modèle grand public à 230 $ (soit 160 €).

http://www.ikea.com/fr/fr/images/products/poang-fauteuil-enfant__55806_PE161049_S4.jpg

Mais vous pouvez aussi acheter le siège enfant Poang chez Ikéa à 25 euros ! K, dont on voit l'accouchement dans la vidéo ci-dessous, explique (dans les commentaires) qu'elle s'est installée sur ce fauteuil pour enfant en le surélevant sur un pouf, en mettant sur les accoudoirs deux oreillers peu épais, une alèse jetable avec une serviette par-dessus sur l'assise dont la housse est de toute façon lavable ! Voilà comment avec du mobilier maison on peut s'installer à son aise !

 

 

Quoiqu'il en soit pensez que pour votre bien être (bien naître aussi ;-), plus qu'une POSITION d'accouchement déterminée, voire statique, c'est le MOUVEMENT qui vous apportera la réponse à la question : Quelle est la meilleure position pour moi au moment M, celle où je me sens le mieux ou la moins algique ? Le mobilier (spécifiquement conçu) est en soi secondaire et on peut s'en passer. Il est utile si l'on se sent mieux, pour soi, pas pour le confort des autres. Enfin, il convient de rester ouvert à tous les possibles, sans transposer de manière linéaire la table d'accouchement (outil de l'obstétricien) au tabouret/siège/fauteuil d'accouchement (outil de la sage-femme) : entre la position "sur le dos" et la position verticale "assise" ou "semi-assise" il existe tout un panel que les femmes inventent au quotidien. Alors, écoutez-vous ! :-)

 

Pour aller plus loin :

 

- Bouger en accouchant

Blandine Calais-Germain, Ed. DésIris, septembre 2009.

- Trouver sa position d'accouchement

Bernadette de Gasquet, Ed. Marabout, juin 2010.

- Les positions d'accouchement

Bernadette de Gasquet, DVD, janvier 2008.
- Position accroupie pour l'accouchement
Johan Onvlee, téléchargement MP3, janvier 2003.

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Positions accouchement
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 13:49


54398085_bdf911c30d.jpg
« Entre habitude culturelle et confort du personnel médical, la position allongée sur le dos (lithotomique) est encore systématiquement imposée aux femmes pour accoucher. Elle est pourtant décriée par les professionnels de santé eux-mêmes.

Aujourd’hui, les tables high-tech avec étriers amovibles font partie intégrante du mobilier des salles de travail. Rares sont les alternatives proposées, en dehors de la position sur le côté, très en vogue actuellement. La femme accouche couchée, se fait accoucher, mais plus rarement s’accouche elle-même et dans la position de son choix.

Le confort de la femme est nié, tout comme sa capacité à gérer elle-même le travail en trouvant une position antalgique ou qui accompagne au mieux ses sensations du moment. Les protocoles médicaux et la prise en charge, tributaires de l’organisation du service, ne permettent ni ne donnent l’opportunité à la femme de s’écouter et d’être autonome.

Il paraît utile, comme l’a souligné en 1998 le Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français (CNGOF), de s'interroger sur la mécanique obstétricale entraînée par la position horizontale et ses conséquences maternelle et fœtale. En effet, selon l’OMS, aucune donnée ne justifie d'encourager la position allongée sur le dos, et la liberté de mouvement est bénéfique. Or, les pratiques demeurent et il semble qu’il faudra du temps pour faire évoluer les choses.

« Qu'il s'agisse du premier ou du deuxième stade, les femmes peuvent adopter la position qu'elles désirent bien qu'il soit préférable d'éviter les périodes prolongées en position dorsale. Elles devraient être encouragées à essayer la position qui leur paraît la plus confortable et elles devraient être soutenues dans leur choix. » (Les soins liés à un accouchement normal, OMS, 1997)

« Quand la femme ressent très fort l’envie de serrer les jambes, elle passe pour l’inhibée qui ne peut pas accoucher. Mais son bébé est en train de passer aux ischions : en fermant les jambes, elle ouvre ses ischions. Mais on veut des femmes bien ouvertes "penthouse style" : on lui force les jambes dans les étriers et on coince la tête du bébé. C’est fameux ! Là elle pourra optimalement "constiper" son accouchement ! » (Stéphanie St Amant, Québec)

Les conséquences iatrogènes de la position lithotomique sont nombreuses : un manque de confort, la réduction de l’intensité des contractions, une douleur accrue, une progression plus lente du travail, la compression de la veine aorto-cave qui affecte le débit sanguin dans l’utérus (ce qui peut entraîner la souffrance fœtale et l'hémorragie per partum), les dépressions néo-natales, les déchirures du périnée, l’augmentation des extractions instrumentales…

Malgré la prévalence, comme on l’a vu, de la position dorsale, de nombreuses autres possibilités s'offrent aux parturientes.

Des contraintes limitent ce choix, comme la table d’accouchement, les protocoles tels que la perfusion ou le matériel de surveillance, mais elles peuvent être réduites au minimum.

Les alternatives pour rester mobile : une simple voie veineuse peut remplacer avantageusement la perfusion ; le monitoring peut être posé de façon intermittente (c’est même recommandé par la Haute autorité de santé) ; il n’est pas nécessaire de bénéficier de beaucoup de matériel pour être confortable, se détendre, rester sereine…

La femme peut se tenir debout, marcher, s'asseoir, se suspendre ou se mettre à quatre pattes, prendre une douche ou un bain pour se détendre ou adopter successivement chaque position comme elle le souhaite. « Dans les témoignages d'accouchements spontanés, des femmes disent que dès qu’elles s’écartaient même un tout petit peu de leur posture instinctive du moment, elles ressentaient des douleurs insupportables ». (Bernard Bel)

La douleur, honnie dans notre société, a pourtant plusieurs fonctions essentielles dans ce cas : la femme est obligée de tenir compte qu’elle accouche et ne peut s’occuper à autre chose ; elle permet au corps de produire les hormones spécifiques nécessaires (dont les endorphines) ; engage la parturiente à trouver la meilleure position (la plus antalgique et celle qui aidera le mieux le bébé à naître)… »

Cet article, conçu par Sophie Gamelin-Lavois, a été imprimé sur un feuillet d'information à l’occasion de la Semaine mondiale pour l’accouchement respecté (SMAR 2005) qui avait pour thème « Les positions de l'accouchement : acteurs et metteurs en scène, respect des choix... ».


Ressources :

puce-grise.gifLa page SMAR 2005 du site de l’AFAR : www.afar.info
puce-grise.gifLes posters sur les positions édités par l'AFAR
puce-grise.gifLa catégorie Positions d'accouchement de ce site
puce-grise.gifUne page info illustrée du site www.dancingforbirth.com

puce-grise.gifExposé : Accouchement physiologique et positions d'accouchement : suivre le mouvement (Marie-Claude Masson, sage-femme & Lucie Hamelin, sage-femme. Nov. 2010)

 

Bibliographie Vidéos :

 

- Bouger en accouchant

Blandine Calais-Germain, Ed. DésIris, septembre 2009.

- Trouver sa position d'accouchement

Bernadette de Gasquet, Ed. Marabout, juin 2010.

- Les positions d'accouchement

Bernadette de Gasquet, DVD, janvier 2008.
- Position accroupie pour l'accouchement
Johan Onvlee, téléchargement MP3, janvier 2003.
- Sur pregnancyvideos : de nombreuses positions d'accouchement, notamment debout.
- Respirations et positions d'accouchement
Joanne Dussault, Ed. de l'Homme, avril 1986.

Repost 0
Published by Sophie Gamelin-Lavois - dans Positions accouchement
commenter cet article