Présentation

Le site a déménagé :-)

11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 10:38

Une femme, lorsqu'elle accouche, n'est pas là pour protéger le statut du professionnel qui l'accompagne. Si elle accepte des gestes médicaux pour éviter que la sage-femme ne se fasse réprimander par son chef de service, par exemple, elle nie ses propres besoins et ne bénéficie pas d'une information adéquate ! Elle entre dans le jeu de la soumission (protocoles systématiques). Il est bien difficile ensuite de négocier des conditions de naissance à la carte quand la relation existe sous le jeu de lumière du chantage et non de l'échange ou du partenariat librement négocié.

En matière de santé, et surtout de naissance, il reste difficile de mettre en pratique la loi (dite) Kouchner sur le droit du patient (voir art. L 1111-4 du CSP, par exemple) mais ce n'est pas impossible. Alors, sans attendre, il revient à chaque femme, chaque couple en attente d'enfant, de s'informer et de demander éventuellement autre chose que le pack-naissance classique et systématique. En cela le projet de naissance est un outil novateur...

Le projet est le fruit de la réflexion et du cheminement de la femme, des parents, qui sera négocié avec l'équipe médicale, le professionnel qui accompagne l'accouchement. Il reste personnel et ne concerne que la personne qui est soignée et la personne qui soigne : c'est le contrat de soins. Le projet permet qu'il ne reste pas tacite mais soit librement négocié par les deux parties. Il ne peut concerner une doula présente lors de l'accouchement, sauf s'il s'agit seulement de rappeler un geste déjà négocié. Il revient à la femme, aux parents de "défendre" leur projet, étayé d'informations adéquates (ressources scientifiques, juridiques et politiques) au besoin. C'est le travail que je propose dans mes consultations.

La naissance est unique : respectons-là !

Repost 0
Published by Sophie Gamelin - dans Responsabilité du projet
commenter cet article